Menu

Notre histoire

ferme-poulet

Dates clés

L’aventure Royal Bernard, ce fut d’abord un personnage : Marcel Bernard. Emblématique d’une épopée débutée en janvier 1955, le jeune homme n’a pourtant que 19 ans lorsqu’il se lance comme simple « coquetier ». A l’époque, il ne dispose que de son vélo équipé d’une remorque, puis d’un cheval pour passer de ferme en ferme. Il collecte les œufs et les lapins, avec déjà un goût aiguisé des bons produits de sa Drôme natale et une exigence de qualité qui ne se démentira jamais.

Ferme-ancienne-noir-et-blanc
Les débuts de l’entreprise familiale

Rencontrant un succès réel, Marcel Bernard poursuit et étend son activité d’abord dans un atelier situé au sous-sol de sa maison. Mais rapidement, il faut voir beaucoup plus grand. Est alors décidée la construction d’un local en janvier 1967. « L’abattoir des Chênes » est né ! Huit ouvriers s’emploient à évider et plumer manuellement les animaux. Désormais les rangs des collaborateurs de l’entreprise ne cesseront de croître.
Vingt ans plus tard, en janvier 1987, l’heure de la retraite sonne pour Marcel Bernard. Le patriarche sait pouvoir compter sur l’implication des siens pour poursuivre l’œuvre d’une vie. Il laisse alors les rênes de l’entreprise à ses enfants François et Sylvie tous deux épaulés par leurs époux respectifs, Patricia Bernard et Alain Astruc. L’épouse de Marcel Bernard reste également très présente au sein de l’entreprise familiale qui ne cesse de grandir et de perpétuer l’idée que se faisait Marcel Bernard de son métier. Un homme tourné d’abord vers la mise en valeur des productions locales de qualité et la satisfaction des consommateurs.

Le développement de l’entreprise

Depuis l’apparition de l’entreprise en grandes et moyennes surfaces, l’enseigne n’a cessé de croître et a connu plusieurs changements économiques et évolutions commerciales. Parmi eux : l’ouverture du capital, le rachat de sociétés et le lancement de marques et labels diversifiés qui lui ont permis de s’imposer comme un acteur incontournable du marché.

Maistre-bernard-poulet
Les premières commercialisations

Pour poursuivre son développement, l’entreprise entame la commercialisation en GMS (grandes et moyennes surfaces) en janvier 1988. Un tournant qui lui permet d’élargir sa clientèle qui se compose à 50% de boucheries traditionnelles, à 40% de GMS et à 10% de grossistes. Créative, à l’écoute des tendances et des besoins des consommateurs, l’entreprise lance plusieurs marques : « Maison », « le chick des gourmets » ou encore « Malvoisine » pour un positionnement haut de gamme.
Face aux réalités du marché, l’entreprise familiale décide d’ouvrir son capital et se met à la recherche de partenaires industriels : la CANA entre dans le capital en janvier 1991.
Pour se diversifier toujours plus et se positionner sur un marché de qualité et de saveurs qui soit également conforme à ses valeurs, Bernard choisit de « vendre le terroir ». Une volonté forte qui se concrétise par la création et le lancement en janvier 1993 du label « Maistre Bernard », le 1er poulet fermier 100% made in Drôme et label rouge.
Dans le même temps, Bernard développe une activité d’abattage de dindes pour Royal Dauphiné, ce qui va mener au rachat de  l’entreprise en janvier 2000 et devient Bernard Royal Dauphiné.

L’arrivée du Groupe Gastronome

Après le rachat, en mars 2001, de Bernard Royal Dauphiné par le groupe Gastronome qui en détient 55% contre 45% à la SEPA, la plateforme Gastronome s’implante dès janvier 2002 à Grâne.  Y sont ensuite lancées, en avril 2006, les premières gammes conditionnées sous atmosphère protectrice qui connaitront un essor particulièrement important au cours des années suivantes.

L’entreprise continue alors son développement et confirme sa place d’acteur économique majeur de la région par le biais notamment de ses actions d’innovation comme la préparation de commande en direct dès 2007. Cette même année, Gastronome entre à 100% dans le financement de Bernard Royal Dauphiné.

Consciente que grandir, implique de se doter d’un outil de travail adapté à ses ambitions, moderne et performant, un vaste plan de rénovation est lancé en janvier 2009. Cette année là sont donc revus les vestiaires, les ateliers voués à la découpe et au conditionnement, aux ressuages, les sas hygiène, ainsi que les salles de lavage et les locaux destinés au stockage. Ces investissements importants qui permettent d’optimiser les performances techniques et d’améliorer les conditions de travail des employés, se poursuivent en janvier 2010 avec de nouvelles actions de rénovation menées dans les locaux de stockage et d’emballage.

Collaborateurs-histoire-hommes
Une histoire d’Hommes

Entreprise historique et incontournable de la Drôme depuis 1955, Royal Bernard a pu compter sur l’expertise, l’engagement et les compétences de l’ensemble de son personnel. Chaque employé a à cœur d’accompagner le développement de son entreprise. Chacun a su évoluer en ce sens, animé par la volonté de se former à la modernisation des outils de travail tout en préservant le savoir-faire reconnu de l’entreprise.

Royal Bernard a su miser sur la diversité des compétences de ses collaborateurs qui fait aujourd’hui comme hier la force de l’entreprise.

« Il n’est de richesse que d’Homme »